Des vendeuses paralysent la circulation à Bouaké pour protester contre la démolition des marchés

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Des vendeuses ont paralysé la circulation, mercredi, à Bouaké pour protester contre la démolition par la mairie de la ville, des petits marchés d’Ahougnanssou et Air-France.

«Nous avons placé des barricades sur la voie d’Ahougnanssou depuis 6h00 du matin pour protester contre la démolition et la reconstruction de notre marché» a déclaré, Marceline Traoré, vendeuse au petit marché d’Ahougnanssou. Pour elle, « nous ne sommes pas contre la reconstruction de notre marché, puisque c’est nous-mêmes qui avions demandé cela au maire actuel, lors de la campagne municipale», mais, a-t-elle expliqué, « nous reprochons au maire d’avoir confié la reconstruction de notre marché à une entreprise privée qui nous demande de régler en 6 mois, la somme de 500 000 francs CFA pour des étals de seulement 1 m2». «Où voulez-vous qu’on trouve tout cet argent ?» a interrogé dame Traoré, ajoutant que «parmi nous, il y a des veuves, des pauvres femmes qui ne se débrouillent ici rien que pour assurer la popote quotidienne de leur famille ou pour scolariser leurs enfants».

Pour dame Abiba Kamagaté, la soixantaine révolue, «si on détruit ce marché comment je vais faire ? Je suis malade et je n’ai pas d’argent pour faire la souscription. On demande pardon, qu’ils aient pitié de nous».

Ni l’intervention des éléments du 5ème arrondissement de police de Bouaké, ni celui du 2éme adjoint au maire, Ahmadou Bamba n’a pu mettre un terme à la détermination des femmes qui à 10 h 45 ont fini par converger vers la base de l’ONUCI secteur Est de Bouaké, paralysant ensuite la circulation sur tout le long du Boulevard de l’indépendance, du quartier commercial et la route d’Abidjan au Sud de la ville. Les vendeuses trouvent «exorbitantes» les souscriptions auprès de l’entreprise qui est chargée de la reconstruction de ces différents marchés. Selon elles, l’étal de 1 m2 revient à 500 000 contre 3 000 000 de francs CFA pour le box de 3m2 et de 5 à 10 000 000 F CFA pour les magasins.

APA

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Comments

comments

Albert Best

Atcho Albert GBA est chercheur en sciences de la communication à l’université AO de Bouaké. Membre du groupe de recherche sur le numérique à Bouaké (GERN-LAB), il nourrit un grand intérêt pour le numérique. Il a une expérience avérée du développement d’applications, des réseaux informatiques et des bases de données. Il apporte son expertise aux PME par la maintenance de système informatiques et aux ONG dans la conception des systèmes d'information et de communication.